Home>Archives>Guadeloupe. L’Etat Français: NON à la dépendance de Marie-Galante et des DOM-TOM aux énergies polluantes
Archives Guadeloupe

Guadeloupe. L’Etat Français: NON à la dépendance de Marie-Galante et des DOM-TOM aux énergies polluantes

Grand-Bourg. Lundi 06 Février 2017. IDS. A MARIE‐GALANTE, UNE CENTRALE THERMIQUE DU GROUPE ALBIOMA CONDAMNE LE PROJET DE CE TERRITOIRE QUI AMBITIONNE DE DEVENIR LA PREMIÈRE ÎLE FRANÇAISE AUTONOME EN ÉNERGIES RENOUVELABLES

Mobilisons‐nous pour ne pas être déposséder de la maîtrise du développement des énergies renouvelables dans nos territoires !

Alors que les élus et les habitants de Marie‐Galante (île de Guadeloupe), développent un projet ambitieux d’autonomie énergétique ‐ basé à 100% sur les énergies renouvelables locales ‐ la multinationale Albioma tente d’intimider cette communauté et d’imposer la mise en œuvre d’une centrale thermique extrêmement coûteuse et polluante reposant sur

la combustion 7j/7, 24h/24 de bois importé de forêts du Brésil ou du Canada.

Une véritable aberration écologique et économique entièrement financée par le contribuable français, avec un budget de 80 millions d’euros pour son installation et de 9 millions d’euros par an pour l’importation du bois subventionnée via le dispositif de CSPE ‐ Contribution au Service Public de l’Electricité ‐ que nous payons tous sur notre facture d’électricité, alors même que les énergies renouvelables sont jusqu’à 2 fois moins chères en zones insulaires.

PAR MA SIGNATURE J’EXIGE QUE MES IMPÔTS SOIENT INVESTIS DANS LA TRANSITION ENERGETIQUE DES OUTRE‐MER AU LIEU D’EN FINANCER LA POLLUTION

Le scandale d’Albioma touche également la Martinique, où un projet similaire fait l’objet de forts mouvements citoyens portés devant les tribunaux, et plus généralement les îles françaises où sont favorisées le charbon, le fioul et le bois importé au détriment des projets d’énergies renouvelables mobilisant des ressources locales.

Les technologies d’énergies renouvelables sont aujourd’hui éprouvées et les îles françaises disposent de toutes les ressources nécessaires ‐ soleil, vent, géothermie, énergie des mers et biomasse locale ‐ pour produire leur propre électricité verte à des coûts très compétitifs.

A Marie‐Galante, le projet d’autonomie énergétique, soutenu par la Communauté de Communes, ne relève pas d ‘une douce utopie mais d’une démarche environnementale, économique et sociale sérieusement étudiée.

Ce projet – alternatif à celui d’ALBIOMA ‐ offrirait ainsi à la population marie‐galantaise la garantie d’un développement énergétique totalement maîtrisé, aux habitants de la Guadeloupe et de la Martinique l’espoir d’une reprise en main de leur avenir dans le cadre d’un véritable « développement durable » et à la France sa première île fonctionnant uniquement à partir d’énergies renouvelables d’ici 3 ans !

PAR MA SIGNATURE J’APPELLE L’ETAT A FAIRE DES ILES FRANÇAISES, LA GUADELOUPE ‐ EN PREMIER LIEU MARIE‐GALANTE ‐ ET LA MARTINIQUE, UN MODÈLE DE DÉVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES ET A SUSPENDRE IMMÉDIATEMENT LES PROJETS POLLUANTS D’ENERGIES IMPORTEES.

SIGNEZ – UN SIMPLE CLIC PEUT SAUVER DES VIES

https://secure.avaaz.org/fr/petition/LEtat_francais_NON_a_la_dependance_aux_energies_fossiles_de_MarieGalante_et_des_DOMTOM/?ceLvzlb&utm_source=sharetools&utm_medium=copy&utm_campaign=petition-405141-LEtat_francais_NON_a_la_dependance_aux_energies_fossile