Home>Archives>Guadeloupe. FÊTE DU CRABE 2016, 24ème EDITION – 18 au 27 mars 2016
Archives Guadeloupe Marie-Galante

Guadeloupe. FÊTE DU CRABE 2016, 24ème EDITION – 18 au 27 mars 2016

FDC_banniere728X90_160307

Morne-à-L’Eau. Mercredi 24 février 2016. IDS. Pour la 24ème édition, les organisateurs de la Fête du Crabe ont choisi de s’appuyer sur le décret 68/231 des Nations Unies qui proclame 2016, année internationale des légumineuses.

FDC280316C’est autour de cette thématique et avec la belle Marie-Galante, invitée d’honneur, que s’articulent les manifestations organisées du 17 au 27 mars prochain, par l’UDM et l’APRODECARM.

La programmation toujours bien fournie, alliant la tradition à la célébration spécifique de Pâques aux Antilles, s’enrichit donc de la présence de la culture et des traditions de l’île « qui n’a pas bougé », pour emprunter à Guy Tirolien.

Plus qu’un hommage à Marie-Galante, c’est une lecture croisée – un lyannaj – du potentiel rural, culturel, économique, intellectuel, culinaire, touristique de Morne-À-L’eau et de l’Ile du Sud qui est ainsi faite, démontrant qu’il est possible d’additionner les talents pour mieux « vendre » la destination de notre Guadeloupe et dire au touriste, comme Max Rippon : » viens « .

Tout le monde y trouve son compte et ce, pour le plus grand bonheur des familles guadeloupéennes et celui des touristes de passage dans notre belle Guadeloupe.

La fête du Crabe se veut aussi espace et instant de réflexion. Risquons-nous un jour d’avoir chez nous des émeutes de la faim si les grands cargos ne rentrent plus ? Avons-nous un territoire aménagé de telle sorte que nous puissions correctement alimenter le marché intérieur ? Quelles interrogations porter sur l’obésité, les maladies cardio-vasculaires symptomatiques d’un pays qui mange mal ?

Quelles incitations à produire, à consommer davantage local pour une meilleure traçabilité qui évite l’utilisation et la consommation de produits dangereux pour l’homme et son environnement ?

L’APRODECARM s’interrogera ainsi sur la sécurité alimentaire de la Guadeloupe, problématique s’articulant autour de la santé, de l’économie, de la culture et du développement endogène.

L’éclairage sur les aspects économiques et scientifiques de la question permettra aux organisateurs de dispenser une meilleure information au public, même si « la route est longue «, pour dire comme la poétesse mornalienne Florette Morand.

L’année des légumineuses qui a auguré le choix de notre thématique 2016, permettra aux associations et aux acteurs concernés de mieux informer quant à l’utilisation de ces produits. Ce sont des plantes annuelles dont les gousses produisent 1 à 12 graines de taille, forme et couleur variables qui servent à la fois à l’alimentation humaine et à l’alimentation animale.

Chez nous en Guadeloupe, nos légumineuses telles que « les pois boucoussous, le pois de bois, le pois Kann’, les lentilles, les haricots rouges, blancs les pois yeux noirs, les pois chiches », constituent pour nos populations, et comme partout dans le monde, une source essentielle de protéines végétales et d’acides aminés, ainsi qu’une source de protéines végétales pour les animaux.

Ces aliments doivent obligatoirement figurer dans le panier de la ménagère.

Est-il important de souligner que les différents concours culinaires à base de crabes intégreront cet aliment laissant le libre cours à l’imagination des participants.

Les organisateurs de la Fête du Crabe de Morne-À- L’eau entendent apporter à chaque visiteur, à chaque participant, un enrichissement culturel, patrimonial, écologique et environnemental dans la joie et la bonne humeur soutenues durant tous les jours de la manifestation.

A Pâques, la Guadeloupe est à Morne-À-L’eau !

Voir Programme de la fête

Source :
Franck Garain
Coordinateur Général