Terre-de-Bas

Guadeloupe Les Saintes Terre-de-Bas Terre-de-Haut

Guadeloupe. Tourments d’amour. Caroline Jules : « Je n’imaginais pas mon film ailleurs qu’à Terre-de-Haut ! »

Paris. Vendredi 26 mai 2017. IDS/CMA. Après 10 ans de galère, la réalisatrice d’origine saintoise Caroline Jules voit le bout du tunnel. « Tourments d’amour », son film tourné aux Saintes, sort le 7 juin à Paris après un accueil triomphal au dernier Houston Black Film Festival aux États-Unis (Grand Prix du
Actualité Guadeloupe La Désirade Les Saintes Marie-Galante News Terre-de-Bas Terre-de-Haut

Guadeloupe. Sortie du Petit Futé Croisières dans les Caraïbes édition 2017

Vendredi 17 Février 2017. IDS. Farniente, soleil, langueur, coraux de feu et cocotiers… Autant d’images pour décrire cette destination idyllique qu’est la Caraïbe. Le voyageur-aventurier s’engage avec bonheur sur les traces de mythiques expéditions maritimes, menées au carrefour de l’Europe et des Amériques. Ici, le brassage des cultures a donné
Archives Guadeloupe La Désirade Les Saintes Terre-de-Bas Terre-de-Haut

Guadeloupe. Travaux du plan de secours en eau potable : 5 000 bouteilles d’eau livrées aux Saintes

Basse-Terre, Capitale. Mardi 14 juin 2016. IDS. Dans le cadre de la mise en œuvre des priorités de la mandature de la Présidente Josette Borel-Lincertin, le Conseil Départemental a engagé depuis le 23 mai des travaux de réparations des fuites de la conduite sous-marine des Saintes et de confortement des
Archives Guadeloupe La Désirade Les Saintes Marie-Galante Terre-de-Bas Terre-de-Haut

Guadeloupe. Green Attitude: Des sentiers de randonnées au mystères des Roches Gravées

Pointe-à-Pitre. Lunid 13 Juin 2016. IDS. EXPÉRIENCES « NATURE » Les îles de Guadeloupe, de par leurs sites prestigieux et les multiples expériences « Nature » à découvrir, sont le terrain de prédilection des randonneurs. De l'archipel, l'île de la Basse-Terre est sans doute le joyau le plus verdoyant. Avec
Les Saintes Terre-de-Bas

LE FUTUR DES ILES DU SUD – TERRE-DE-BAS

© NOUVELLE Semaine. N291 - du 22 au 28 Janvier 2016 Terre-de-Bas : la résistance économique au quotidien Partie intégrante de l’archipel des Saintes, Terre-de-Bas aurait pu, à première vue, souffrir de l’exposition touristique majeure de sa “petite”soeur (Terre-de-Haut, 500 ha, reste loin des 950 ha de sa voisine !). Mais l’activisme entrepreneurial de

Terre-de-Bas fait 900 hectares de superficie contre 500 pour Terre-de-Haut. Elle est constituée d'un plateau central situé à une cinquantaine de mètres d'altitude, le " Massif Central ". L'altitude moyenne de l'île est de 139 mètres et elle culmine au morne Abymes à 293 mètres d'altitude.

2043 -cd157

Fertile, Terre-de-Bas a eu une vocation principalement agricole jusqu'au début du XXe siècle, alors que Terre-de-Haut, plus aride, était plus tournée vers la pêche. Aujourd'hui, les seules ressource de l'île sont quelques cultures, un peu de pêche et un tourisme discret.

 

Quelques vestiges signalent le passage d'indiens caraïbes sur Terre-de-Bas. On suppose que ces populations faisaient escale aux Saintes, venant de la Dominique, mais n'y ont semble-t-il jamais demeuré.

Ridolfo_Ghirlandaio_Columbus Christophe COLOMB découvrit le Saintes en 1493 et le nom de l'archipel s'explique par le jour de sa découverte: la toussaint, " Los Santos ", en espagnol. Le peuplement de l'île sera difficile: sécheresse, harcèlement par les indiens caraïbes, conflits géopolitique du XVIIème au XIXème siècles, Les Saintes, par leur emplacement stratégique (" le Gilbraltar des Indes Occidentales "), sont le théâtre d'affrontements franco-britannique. Elles deviendront françaises en 1816.

 

musee-du-cafeL'île s'est réellement peuplée à partir de 1682. Il y a eu plusieurs tentatives de peuplement mais les conditions de vie difficiles les soldèrent à l'échec. Les saintes, du fait de la sécheresse n'étaient pas particulièrement propices à la culture comme l'est le reste de la Guadeloupe, et le nombre d'esclaves y été moins élevé. C'est donc à la fin du 17ème siècle que commence véritablement la colonisation par les hollandais et des français, qui fondent des habitations agricoles, où travaillent des esclaves. On trouve encore des traces de plusieurs habitations. On y cultivait du coton, du café, et des cultures vivrières. Des vestiges d'indigoterie ont également été retrouvés.

DSC01135Au milieu du XVIIème siècle est créée une industrie potière. Une centaine d'esclaves y travaillent, fabriquant surtout des " formes à sucre ", mais aussi d'autres pots, des tuiles et du carrelage. après l'abolition de l'esclavage, les propriétaires feront appelle à une aide asiatique. C'est à cette époque que naît le Salako, le chapeau saintois, qui ressemble au chapeau porté par les populations asiatiques dans les rizières. Plusieurs fois démolie par des cyclones, la poterie verra sa fin avec la crise de l'industrie sucrière, à la fin du XIXème siècle. Les ruines seront alors investies pour la distillation de bois d'inde, à partir duquel on extrait une huile essentielle, appelée à l'époque "bay-rhum", aux vertus thérapeutiques. Cette activité déclinera et cessera avant la Deuxième Guerre Mondiale

En parallèle à toutes ces activités, rappelons que les habitants vivaient d'une agriculture vivrière et de la pêche.